buy 80 likes on instagram Chaque semaine, découvrez sur le blogue Une étude en cinédanse un nouveau champ d’activité en lien avec la production cinématographique et la cinédanse. C’est ensuite à votre tour de participer : vos commentaires et questions sont attendus sur notre site web, notre page calum von moger wiki Facebook ou notre profil buy instagram followers paypal Vimeo, et vous pourrez même profiter de l’expertise de nos intervenants en leur adressant vos questions. Bonne découverte et… bonne cinédanse!

Le métier de scripte

Le scripte fait partie de l’équipe de tournage. C’est un métier d’observation minutieuse et d’organisation détaillée : le scripte assure la continuité des scènes et leur conformité au scénario, notant au passage tous les détails du tournage. Il doit assurer un parfait raccord entre les plans, les scènes et les séquences. Il travaille aux côtés du réalisateur lors du tournage, mais avec une pensée constante pour le montage.

La continuité

Un film, c’est d’abord une histoire racontée en séquences. Les scènes de chaque séquence et les plans de chaque scène sont tournés les uns après les autres, mais rarement en continuité. Une partie de la sixième séquence du film peut ainsi être tournée avant la deuxième, et ainsi de suite.
Au montage, il faudra pouvoir passer d’une scène à l’autre sans faux bonds et chacun des plans devra s’enchaîner aux autres sans heurt. Le spectateur ne doit pas être troublé par des plans qui ne sont pas raccordés.

Le scripte est responsable de la continuité sur tous les plans :
*Continuité d’action, de mouvement, entrées, sorties, etc.
*Continuité d’apparence, expressions, direction des regards, etc.
*Continuité d’éléments, décors, costumes, accessoires, etc.
*Continuité technique, lumière, objectif, filtres, effets spéciaux, etc.

Source : Le métier de scripte , Monique Champagne, 1992, Éditions LIDEC

J’ai le plaisir de vous présenter Caroline-Isabelle Bédard, qui pratique le métier de scripte depuis 15 ans, autant dans la série dramatique, dans le film que la publicité. Nous avons collaboré tout récemment sur la production ONDEK. Elle possède un intérêt particulier pour les détails, qui se traduit en un respect profond pour son métier et les projets auxquels elle collabore. Avec générosité et doigté, elle a su comment supporter mon travail et venir combler les lacunes à ma méthode qui découlaient de ma jeune expérience du métier de réalisateur. Fait intéressant, le métier de scripte n’ayant pas d’école de formation, Caroline-Isabelle a dû apprendre son métier, au fil des expériences et productions, et tout en apprenant (un peu comme dans le cadre de mon Étude en cinédanse) les particularités de chaque métier de la production et leurs besoins précis.


La cinédanse et la scripte

Les grandes productions utilisent les services du scripte systématiquement. Pour les plus petites productions, en cinédanse par exemple… ce n’est pas encore un réflexe. Très souvent, c’est une question d’économies sur le budget. Je préconise l’utilisation systématique du scripte surtout dans le cas de productions avec un réalisateur-chorégraphe. Mon expérience m’a appris que plus on peut pré-visualiser notre film, le mieux le résultat. Rien ne doit être mis de côté, indéfini… tout doit avoir été imaginé et prévu d’avance. C’est un travail colossal et le scripte permet d’y parvenir. Il s’assure, entre autres, qu’à la fin de chaque journée de tournage nous avons tout les plans requis pour un montage efficace. La danse peut être très complexe à filmer et les questions de continuité d’espace ne se font pas rares. Surtout lorsque l’on veut s’éloigner du mode traditionnel de la représentation scénique, où l’action est perçue à travers les yeux de spectateurs bien assis face à la scène d’un théâtre, et profiter des possibilités infinies de la caméra.

Lors du tournage, alors que toutes sortes de situations peuvent survenir, le scripte est également là en tant que spécialiste de la continuité. Il aide le réalisateur à faire face aux nouvelles situations et à prendre la meilleure décision pour le film. Dans les plus petites production comme celles en cinédanse, les impondérables sont nombreux.

Afin de prévenir les erreurs de continuité, il est recommandé d’intégrer le scripte à l’équipe dès la pré-production. Mais selon moi, le scripte, tout comme le directeur photo, le monteur ou le concepteur sonore, pourrait être intégré encore plus tôt dans le développement d’un projet : à sa création, à son écriture. Avec le conseil additionnel de ces départements qui ont chacun leurs spécificités, la création d’une œuvre peut être grandement enrichie.

Dans les scènes d’improvisation, de préserver la continuité au montage, d’une prise à une autre, d’une valeur de plan à une autre, est quasi impossible. Voici deux options qui donnent de bons résultats :
gina carano henry cavill Deux caméras Au cinéma on travaille parfois avec des caméras multiples lors de scènes d’action offrant des variantes dans les valeurs de plans. Dans ces cas précis, l’éclairage est plus difficile à contrôler, car nous devons éclairer pour tous les angles. Par contre, l’énorme bénéfice est la captation simultanée de l’action sous de multiples angles et/ou valeurs de plan. Par la suite, au montage, c’est du gâteau!
safe websites to buy instagram followers Pivots Les pivots sont des points de repère que nous installons systématiquement au début et à la fin d’une séquence d’improvisation. Ces points peuvent être des positions ou des mouvements de départs et de fin que nous répétons exactement lors de chaque prise. Au montage, les prises sélectionnées pour ces séquences seront utilisées intégralement. C’est donc possible de faire de longues séquences, tout comme des plans séquences, mais c’est tout de même beaucoup plus simple et efficace d’utiliser de courtes séquences.

Le réalisateur-chorégraphe

Faire un film, c’est un peu comme reconstituer une réalité à partir de pièces détachées. En préparation pour un tournage, et lors du tournage, le scripte est essentiel au réalisateur. C’est le scripte qui surveille tes arrières, qui est là derrière toi pour t’assister. Faire un film pour un réalisateur, c’est en grande partie un exercice de synthèse : le réalisateur doit penser à tout et ne rien oublier. Le scripte est là pour l’aider à faire ça, à partir de chaque détail composant le film, et tout en veillant à conserver l’intégrité artistique dans le rendu final. En se préparant avant le tournage, le scripte comprend et visualise le film dans son intégralité, plan par plan. L’importance de ce rôle dans une équipe me semble indéniable.


Le carnet de notes de Louis-Martin

Connaître son film et son découpage sur le bout des doigts. Connaître la chorégraphie de tous, au minimum dans les grandes lignes et surtout le déplacement des interprètes.

En tant que danseurs, nous aimons répéter. Alors ne nous privons pas de ce plaisir. Dans un grand nombre de cas, des questions de continuité peuvent être abordées lors de répétitions en studio. Je dirais de même pour les mécaniques. Ces répétitions avant le tournage des prises où l’action et les mouvements de caméra sont synchronisées. Donc, prendre le temps de faire de bonnes mécaniques et toujours plus qu’une.

Le scripte prend en note tout changement au tournage, aux dialogues, aux scènes, aux séquences et dans notre cas particulier aux chorégraphies. Il étudie la continuité de l’espace pour que, par exemple, les entrées et les sorties de cadre soient logiques. Il aide également le réalisateur à évaluer l’interprétation des danseurs. Donc, pour toute ces raisons, il me semble pertinent que le scripte aie une bonne connaissance de la danse.

Pour éviter des problèmes de continuité, lors de futures productions je dois continuer mon apprentissage du langage cinématographique à travers des exercices de découpage de scènes. Le storyboard est un outil par excellence pour visualiser le découpage d’un film en pré-production. Par conséquence, l’utilisation de celui-ci aide à prévenir les problèmes de continuité.

henry cavill height Louis-Martin Charest